Chroniques d’un harcèlement ordinaire

Des volontaires 'anti-harcèlement' au centre ville du Caire

Des volontaires ‘anti-harcèlement’ au centre ville du Caire

Il y avait eu une trêve pendant Ramadan et au début du couvre-feu. On pouvait passer devant des jeunes dans la rue sans se faire siffler, et sans entendre ce bruit insupportable qui sert normalement à attirer les chats. Le mois est désormais terminé, et le harcèlement dans la rue a repris.

Dès le matin, le calvaire commence. A peine sorti de chez soi, les ouvriers d’à côté balancent un seau (vide, heureusement) dans votre direction en hurlant l’équivalent de « t’es bonne » pour attirer votre attention, les policiers stationnés devant le commissariat de quartier vous sifflent et les gardes d’ambassade se mettent à chanter quand vous passez devant eux. Pas besoin d’être jolie pour se faire harceler en Egypte, tout ce qui ressemble de loin à une femme est une cible. Récemment, un homme déguisé en femme voilée a filmé son expérience, visible ici .

Quand on arrive au Caire pour la première fois, on ne réalise pas tout de suite que ce qu’on vit au quotidien est bien identifié sous le nom de harcèlement sexuel (« ta7arosh » en arabe). Il y a une sorte de négation du phénomène chez certains, qui l’assimilent à de la drague (« mo3akasa »), pour sous-entendre que finalement ce n’est pas bien grave. Certains sont persuadés que les femmes apprécient ces remarques graveleuses qu’ils assimilent à des compliments.

 Progressivement, on prend des habitudes pour se faire moins remarquer dans la rue, car on a inconsciemment intégré le fait que les filles étaient vulnérables dans l’espace public. On se couvre les jambes, puis les bras, on ne lâche plus ses cheveux, on fait attention à sa démarche, et on baisse la tête pour éviter de croiser un regard. Dans le métro, on se rue vers le wagon pour femmes, et on se limite à indiquer la destination dans le taxi, pour éviter toute ambigüité. Car pour beaucoup, la provocation vient toujours de la femme : celle qui n’est pas voilée ou qui s’habille de manière féminine cherche à s’attirer les regards. La fille respectable reste à la maison.

On se rend vite compte que le phénomène est endémique en Egypte. Selon la dernière étude réalisée par ONU Femmes, 99,8% des femmes en Egypte ont été victimes de harcèlement. Les femmes voilées et en niqab le subissent autant que les étrangères. Il y aura toujours des esprits bien pensants pour justifier le harcèlement sexuel : les jeunes ne parviennent pas à se marier et s’impatientent, ou encore la société égyptienne est conservatrice et limite la mixité autant que possible ce qui crée des frustrations. Comment expliquer alors qu’on se fait harceler par des enfants de 10 ans, qui n’hésitent pas à vous suivre sur des dizaines de mètres et à essayer de vous toucher ? Difficile de croire qu’à 10 ans on est déjà frustré sexuellement. On imite tout simplement les copains, ses frères et son père, car le harceleur n’a pas d’âge.

Bien sûr, l’Egypte n’est pas le seul pays du monde concerné par le phénomène. Mais il fait partie de ceux où le harcèlement sexuel reste tabou, et où les pouvoirs publics refusent de légiférer, comme si laisser les hommes harceler à leur guise servait de catharsis et d’exutoire à tous les autres problèmes socio-économiques du pays. Les femmes résistent donc comme elles le peuvent : elles ignorent le harceleur ou lui répliquent un « a7taram nafsak » (« respecte toi »), qui a bien souvent l’inverse de l’effet escompté et est pris pour une invitation à entamer une conversation.

Devant l’immobilisme des pouvoirs publics, les initiatives de la société civile se multiplient : protection des femmes pendant les manifestations, campagnes de prévention dans la rue et dernièrement tags « je suis un harceleur » sur les tshirts de ceux pris en faute. Un groupe facebook existe où les femmes peuvent poster leurs mésaventures et trouver un peu de soutien.  Mais la route est encore longue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s